novembre 24, 2017

Les commerçants s’emparent du phénomène Pokémon Go

Les commerçants s’emparent du phénomène Pokémon Go

Alors que le jeu est sorti en France officiellement depuis le 24 juillet, les commerçants ne se sont pas fait prier pour utiliser le jeu comme rabatteur de clients dans leurs magasins. Un formidable outil marketing et l’émergence de nouveaux concepts ont vu le jour grâce à Pokémon Go. Des chasses organisées dans les magasins, promos pour les meilleurs chasseurs, etc. Petit tour d’horizon de la manière dont les commerçants se sont appropriés le phénomène de l’été.

Les commerçants se frottent les mains

Si il n’y a toujours pas d’annonces publicitaires dans l’application Pokémon Go, les commerçants ont trouvé un autre moyen pour attirer les joueurs dans les magasins. Vous connaissez le principe du jeu, il faut sortir dehors, et marcher, à la conquête de Pokémons. Qui dit sortir dans sa ville dit… Magasins! Vous l’aurez compris, surfer sur ce phénomène est une aubaine inespérée offerte aux commerces pour remonter leur fréquentation.

Le premier à s’être mis en action est le Monoprix de Saint-Michel. Il distribuait à ses clients un « Kit de survie » Pokémon Go. Ce kit comprenait une barre énergétique, un pansement anti-ampoule, de la crème solaire et des batteries externes, et a connu un très vif succès. Le célèbre magasin de bricolage But a invité ses clients à venir chasser les Pokémons dans ses quelques 200 magasins. 200€ de bons d’achats pour les 2 meilleurs d’entre eux. 10% de réduction directement en caisse sous présentation de l’application. Si avec ça, vous n’êtes pas convaincu de télécharger l’application. D’autres enseignes ont suivi et suivront le mouvement dans les prochaines semaines.

Vigilance quand même à ce que le jeu ne se transforme pas en « couponning » à grande échelle. Ce pourrait avoir l’effet inverse et lasser les dresseurs…

Focus sur les commerçants alsaciens

Vous connaissez peut-être le musée du chocolat Geispolsheim. Et bien sachez que les gérants de ce musée ont acheter pour une journée, une dizaine d’euros de leurre. Placer ces leurres sur les Pokéstops du musée, communiquer l’info sur les réseaux sociaux, créer le buzz et hop le tour est joué. Le directeur du Musée s’est lui même félicité du succès de l’opération.

musee_chocolat

Plus opportuniste, le bar Le Rafiot profite tout simplement du Pokéstop placé sur sa terrasse pour voir une foule de clients s’installer et consommer, tout en chassant des Pokémons.

bar_strasbourg

Ces situations se généralisent jour après jour en Alsace, mais aussi dans toutes les régions de France. Amis commerçants, si vous ne vous y êtes toujours pas intéressés, vous savez ce qui vous reste à faire.

Pour le moment, Niantic ne fait pas payer l’apparition des Pokéstops déjà présents. Mais ce pourrait bien devenir un business très lucratif pour le développeur tant la demande est forte! Il est pour l’instant très compliqué de chiffrer l’impact économique du jeu sur les commerces. Mais voyons le côté positif. Les gens sortent de chez eux, consomment, se rencontrent, se parlent. C’est beau. Bonne chasse amis dresseurs de la communauté Pokémon Go France.

Articles qui pourraient vous intéresser:

Pokémon Go a changé sa vie

Comment Pokémon Go a changé sa vie

 

About The Author

Maître Pokemon Fondateur

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *